tous les documents
  • tous les documents
  • Images
  • Films
  • Publications
Recherche avancée
Ensemble de recherche :
tous les documents
  • tous les documents
  • Images
  • Films
  • Publications
Recherche par couleur
Ensemble de recherche :
tous les documents
  • tous les documents
  • Images
  • Films
  • Publications
Légende :
Ce protocole expérimental a été écrit en 2017 ; il s’adresse à des patients devenus hémiplégiques suite à un AVC. Des détecteurs sont placés au début et à la fin du parcours de 10 mètres, pour permettre de calculer précisément le temps de parcours. L’objectif est de rééquilibrer la symétrie d’appui, on cherche à avoir moins de 7% d’asymétrie.

Le patient est équipé :
- d’électrodes de stimulation sur les jambes : le patient est stimulé pendant la phase d’appui et si l’angle d’appui est trop fort. Un boitier porté à la taille permet de contrôler l’envoi des fréquences et notamment leur intensité ; l’électrode est placée afin qu’elle ne fasse pas mal au patient.
- d’un équipement sur le bras pour contrôler sa fréquence cardiaque.
- de semelles adaptées à la pointure du patient et munies de capteurs : elles permettent de voir les phases d’appui grâce à 70 points de mesures. Les capteurs inertiels permettent de calculer l’angle du genou pour stimuler le bon muscle.

Le boîtier blanc "CAMIN" placé à la taille du patient est un contrôleur (embarquant un Raspberry) ; il reçoit des informations de capteurs inertiels positionnés sur les jambes du patient et, à partir de l'estimation des mouvements des jambes, pilote un stimulateur électrique lui-même relié à des électrodes autocollantes positionnées sur les muscles des jambes.
Cet équipement est actuellement utilisé pour le pédalage et marche assistés chez des personnes ayant une hémiplégie ou une lésion de la moelle épinière.

Le premier exercice a pour but d’équilibrer le poids sur les deux jambes ; le patient est debout et doit corriger ses appuis pour rester dans le vert pendant trois minutes. Il s’habitue s’habituer ainsi à la sensation d’avoir son poids bien réparti sur ses deux jambes et prendre confiance pour s’appuyer sur sa jambe faible.
Puis le patient fait trois fois le parcours avec application de la stimulation, et trois fois avec juste une orthèse. L’objectif est que les muscles verrouillent mieux avec la stimulation qu’avec l’atèle, et que la marche du patient soit plus fluide (on ne cherche pas l’extension complète). La marche avec l’orthèse est moins naturelle car le patient ne peut pas plier la jambe, mais c’est un matériel utilisé fréquemment.
Référence :
Inria-0302-176.jpg
Référence :
Inria-0302-176.jpg
Mention obligatoire :
© Inria / Photo G. Scagnelli
Année :
Titre :
Campagne expérimentale au centre de rééducation La Chataigneraie : protocole d’aide à la marche chez des patients hémiplégiques. Les données sont contrôlées par ordinateur.
Mots clés :
Lien Centre de Recherche :
Lien Equipe-projet :
Inria-0302-176.jpg

Format : .jpg
11,8 Mo
6016 x 4016 pixels
Fichier original
Inria-0302-176.jpg
Format : .jpg
418 Ko
1024 x 684 pixels
Sélection
Voir Selection
Déposer ici pour retirer de la sélection